La Cristal Room Baccarat

Site de La Maison Baccarat

«L‘essence de Baccarat, c’est pour moi le monde de l’illusion, à travers le jeu optique des facettes du cristal taillé. J’ai donc imaginé un Palais de Cristal où tout serait possible» Philippe Starck.

Maison de luxe, esprit maison, maison mère, maisons aristocratiques, maisons royales, art de vivre pour la maison : le mot « Maison » fait surgir un monde d’évocations et de références consubstancielles à la culture de la cristallerie Baccarat.
Parce que la marque multiséculaire propose des objets qui subliment la maison, illuminent, métamorphosent l’espace, créent des atmosphères de fête, il est naturel que l’univers Baccarat ai une Maison pour écrin, un lieu vivant, poétique, apaisant, comme un sanctuaire, la demeure du beau, où le visiteur reconnait à chaque étage, dans chaque pièce, devant chaque vitrine, son idéal de perfection et d’harmonie.Avec les Maisons Baccarat de Paris puis de Moscou, la marque de cristallerie se positionne encore une fois à la pointe de la modernité en inventant un nouveau mode relationnel avec ses clients, merveilleusement intime, ludique et privilégié. « Un soir, je dinai chez les Noailles. Leur maison, m’intimidait et j’étais extrêmement flatté de voir mon « jeu lugubre » accroché à la cimaise entre le Cranach et un Watteau. La table était composée d’artistes et de gens du monde très divers ». Ainsi Salvador Dali se remémorait-il en 1952 le fast, le fabuleux patrimoine artistique et l’ambiance très parisienne de la maison Noailles. On ne pouvait rêver choix plus pertinent que ce lieu magique pour y créer la Maison Baccarat.Art de vivre, fête, amour, lumière, audace créatrice, humour, respect des artistes, luxe, fantaisie, quintessence de l’excellence à la française : les valeurs de Baccarat sont celles de Marie-Laure de Noailles. Descendante du Marquis de Sade par sa grand-mère, « Marie l’Or » fut des années 20 aux années 50 la plus extravagantes, la plus fastueuse et la plus visionnaire des mécènes de la vie artistique française, aidant Cocteau, Buñuel, Man Ray, Marcel Duchamp. Epicentre de la vie mondaine, excentrique assumée, Marie-Laure donna des Bals surréalistes (le Bal des matières, La nuit des Marie), connut Dali « Avida Dollar » sans un dollar, la Génération Perdue des années 20, les Enfants du jazz des années 30, le décorateur Jean-Michel Frank, et l’architecte Mallet-Stevens, qui dessina avec la villa Noailles des Hyères la maison de demain… Au carrefour de l’art, de la fortune et d’un talent sans prix, le talent de vivre et d’enchanter le réel, Marie-Laure de Noailles donna à l’hôtel de la place des Etats-Unis un lustre incomparable.Baccarat a offert une carte blanche à Philippe Starck pour réanimer cette Belle au Bois Dormant, et le designer a magistralement exprimé la part de fantasmagorie quelui evoque la grande marque de luxe : « L’essence de Baccarat, c’est pour moi lemonde de l’illusion, à travers le jeu optique des facettes du cristal taillé. J’ai donc imaginé un Palais du Cristal où tout serait possible. Les jeux optiques du cristal deviennent jeu mentaux et poétiques où tout est relatif et sujet à l’illusion, elle-même source d’imaginaire ».Starck a respecté jalousement l’intégralité des lieux, notamment la salle de bal des Noailles conservée à l’indentique avec ses boiseries et la toile peinte par Francesco Solimena, élève de Tiepolo. Rêve, symboles et réalité sont constamment mêlés comme le feu qui brûle en permanence dans les deux cheminées monumentales de l’entrée, rappelant l’origine du cristal. Murs en béton, lustres en cristal, jeux d’optiques, chaise surdimensionnée rappelant l’univers d’Alice au pays des Merveilles, tapis lumineux constellé d’astres à l’envers indiquant la voie : dans ce Palais de Lumière miroitant, dédié au luxe et à la beauté, les fantômes bienveillants de Cocteau, Dali, Marie l’Or ne sont pas loin et vous frôlent, aériens, lumineux, rieurs…Le peintre Gérard Garouste a réalisé Alchimie, un dais peint pour la Galerie-Musée dont le motif et les couleurs revisitent puissamment la légende de l’Athanor, le fourneau secret des Philosophes. La peinture est une allégorie des quatres éléments nécessaires à la fabrication du cristal.La scénographie très contemporaine et audacieuse de la Galerie-Musée met en valeur les pièces les plus exceptionnelles de la collection patrimoniale de Baccarat. La présentation thématique invite le visiteur à porter un regard nouveau sur l’évolution technique et stylistique de la Manufacture, de ses origines à nos jours, et son incription dans l’histoire des arts décoratifs.Une boutique Recevoir, Décoration, Luminaire et Bijoux est installé au rez-de-chaussée, où l’on retrouve l’éventail complet des créations Baccarat. Enfin, puisque l’art de vivre inclut les nourritures spirituelles, mais aussi de bouche, le restaurant la « Cristal Room Baccarat » accueille au premier étage les visiteurs, pour des collections ou des agapes nimbées de lumière et de féerie. On s’y restaure ou se désaltère dans un décor, sophistication extême, de briques brutes enchâssées de lambris et dorures.

cristal room baccarat